Module 5.Communication interculturelle : dimensions culturelles européennes et façons de communiquer

3.1.2. La rencontre de « l’autre différent ». Les zones sensibles selon Margalit Cohen-Emerique (1989)

La rencontre de « l’autre différent » provoque parfois l’émergence d’une gêne, d’un malaise, d’une inquiétude ou d’un sentiment de révolte qui peut aller dans certains cas jusqu’à provoquer stress et angoisse. Ces sentiments peuvent avoir été entraînés par un comportement, une attitude ou des paroles qui touchent en soi une zone sensible.
Chacun, à partir de son histoire personnelle et collective, construit une sorte d’équation personnelle de son identité. Dans cette équation, dans cette structure identitaire, on trouve des zones qui sont plus sensibles et qui, lorsqu’elles sont atteintes, provoquent des sentiments de malaise. Ces zones plus sensibles sont constituées à partir des évènements de l’histoire personnelle de chacun, de sa saga familiale, de sa formation professionnelle, etc.
Cette histoire personnelle construit des « images-guides », des « archaïsmes », des « contentieux historiques » et des refoulements.
Les « images-guides » sont des prescriptions de comportements ou des attitudes apprises et gardées dans la mémoire. Elles sont souvent non expliquées ou non formulées, elles semblent naturelles et aller de soi : elles concernent l’éducation des enfants, l’honnêteté, le propre, le sale, le traitement des malades… (les valeurs).
Les « archaïsmes » sont des modèles de conduites anciennes, généralement  expérimentées comme ‘problématiques’ que l’on a plus ou moins réussi à ‘dépasser’, soit individuellement soit par la société en général à travers des avancées collectives (promotion de la femme, libertés individuelles…). La confrontation avec un « autre différent » peut frontalement ‘remettre en danger’ ces acquis et donner l’impression d’être menacé de régression.
Les « refoulements » sont des faits douloureux vécus par l’individu dans son histoire personnelle et gardés dans son inconscient. Ils peuvent aussi être nourris des interdits dont la famille, le groupe ou la culture ont empêché la prise de conscience. Le « retour du refoulé » peut-être provoqué par la présence de l’autre et faire naître émotion et angoisse (les tabous).
Le « contentieux historique » vient des faits sociaux conflictuels qui ont eu lieu dans le temps. Les faits de l’Histoire restent dans l’imaginaire des peuples : croisades, colonisation, esclavage, la Shoah, etc. L’autre peut réanimer ces souvenirs, en jouer consciemment ou inconsciemment, vous faire assumer une partie de la responsabilité des faits.

Activité 4 :

Va sur ce site :
 http://www.bxllaique.be/docs/rsc/conf%E9r.Margalit_Cohen06.10.doc.

Après lecture du texte, quelles sont à ton avis les difficultés que suscite la rencontre avec « l’autre différent »

Peux-tu faire correspondre à chacune des quatre zones sensibles mentionnées, des exemples de ta culture d’origine ? Par exemple : quels faits historiques peuvent avoir, selon toi, un retentissement sur la façon dont ton pays d’origine communique avec le reste du monde ? Pourrais-tu mentionner des romans, des chansons, des poèmes ou des films qui mettraient en scène une zone sensible en particulier ? Par exemple, Léopold Senghor parlant du passé colonial du Sénégal, ou Mercedes Sosa évoquant le sort des Indiens en Argentine ….

< previus | index | next >