Module III.Arsenaux méditerranéens et commerce entre XVIe et XVIIe siècles : le cas de Venise

3.4. Le système des monti

Un circuit complexe de production navale fut adopté à partir de 1545 et pendant environ un demi-siècle : le système des monti (montage du navire), l’une des caractéristiques principales ayant permis à l’historiographie de soutenir la thèse d’une nature industrielle avant la lettredu mode de production de l’Arsenal.
Fruit de la rationalisation, révision et amélioration des processus de construction et d’organisation mis au point depuis le Moyen Âge, le système des monti était adopté afin de favoriser un départ rapide des galères qui, au nombre d’une centaine, constituait la flotte permanente de guerre.
Chaque embarcation était caractérisée par un numéro ; le même numéro  se retrouvait sur tous les appareils utiles à son entretien et à son armement, qui étaient emmagasinés dans les différents entrepôts et ateliers de l’Arsenal. En même temps, les autorités  améliorèrent le parcours des galères à l’intérieur de l’Arsenal, parcours qui devait aller jusqu’aux tours de sortie, sur le rio, conduisant au bassin de San Marco.
En cas de besoin, une galère pouvait être entièrement armée en quelques heures: le long du parcours vers la sortie, à chaque étape on installait au fur et à mesure tous les outillages et articles portant le bon numéro.
Un système aussi efficace et complexe, qui exigeait beaucoup de temps, une attention extrême et de grandes capacités d’organisation, apparaissait déjà comme défaillant aux yeux des observateurs de la fin du XVIe siècle. Avec la peste de 1576, terriblement meurtrière, une grande partie de la main d’œuvre spécialisée dans le système des monti disparut; après la victoire de Lépante, en période de paix, disparut aussi peu à peu la rigueur nécessaire au maintien d’un système que la prochaine crise du XVIIe siècle rendit définitivement caduc.

< previus | index | next >